«accessibles


toute la journée»

L’année 2017 a été stable et couronnée de succès pour Valiant. Toutefois, Valiant ne se reposera pas. Le CEO de Valiant Markus Gygax s’exprime au sujet des plans d’expansion, des guichets bancaires et de la boule de cristal manquante.

Noël approche, quel cadeau souhaitez-vous pour Valiant?
Pouvoir continuer à compter sur des collaborateurs motivés et sur des clients fidèles qui nous accompagnent lors des changements qui imprègnent le secteur bancaire.

De quels changements parlez-vous?
Il y en a beaucoup. Le plus grand changement concerne certainement les guichets bancaires. Les versements et les retraits reculent de plus de 10 % dans toutes les banques. De nombreux clients effectuent des opérations bancaires simples via e-banking. Nous devons aborder la thématique des guichets, car il n’est pas raisonnable de proposer quelque chose sous sa forme actuelle si la demande baisse.

Qu’est-ce que cela signifie pour les clients?
Le plus important: nous ne fermons aucune de nos 91 succursales. Dans cinq ans, nous n’exploiterons des guichets bancaires classiques plus que dans 20 succursales principales. Celles-ci seront réparties de manière régionale afin d’être bien accessibles pour tous les clients. Dans les autres succursales, nous remplacerons les guichets bancaires par des éléments numériques.

Que signifie «remplacer»?
Nous proposerons des prestations comme les versements et les retraits avec des automates. Des collaborateurs du centre clientèle aideront par vidéo les clients pour les opérations simples. L’avantage est que les succursales avec une zone de guichets réaménagée sont accessibles toute la journée.

Vous parlez de vidéo. Des personnes en chair et en os ne seront-elles plus présentes sur place?
Si, des collaborateurs de Valiant seront toujours présents dans toutes les succursales. Ils conseillent les clients sur rendez-vous pour des sujets financiers complexes. Les agents vidéo apportent leur soutien lors d’opérations simples. De cette manière, les conseillers à la clientèle dans les succursales ont davantage de temps pour les thèmes difficiles. Au final, ce sont nos clients qui en profitent.

Récemment, Valiant, a ouvert sa première succursale au bord du lac Léman, à Morges. Voulez-vous bientôt étendre votre présence à toute la Suisse?
Nous ne voulons pas nous développer dans toute la Suisse, mais dans les grandes agglomérations, du lac de Constance jusqu’au lac Léman. Toutefois, cela ne sera pas pour «bientôt», mais prendra quelques années. En 2018, nous prévoyons des ouvertures à Nyon et à Vevey et ensuite au nord de la Suisse et en Suisse orientale. De plus, avec la reprise de Triba Partner Bank, nous comblons des lacunes en Suisse centrale.

D’autres banques ferment des succursales, Valiant en ouvre de nouvelles. Est-ce bien sensé?
Pour Valiant, oui, car nous devons nous développer. Nous sommes fortement représentés dans les régions rurales et nous voulons y rester. Cependant, le potentiel de croissance le plus élevé se trouve dans les agglomérations. Nous voulons conserver l’ancrage local grâce aux succursales actuelles et futures.

Comment se feront les opérations bancaires dans 20 ans?
Je n’ai malheureusement pas de boule de cristal. Je pense que les banques seront toujours importantes afin d’expliquer aux clients de manière simple la complexité du monde financier. Toutefois, les banques changeront car les clients et leur comportement changent. L’avenir du secteur bancaire réside probablement dans la combinaison d’une présence physique sur place et de prestations numériques.

ValOr 02¦2017

Texte: Marc Andrey Photos: Reto Andreoli

Aussi intéressant:

Magazine clientèle «ValOr»

Souhaitez-vous lire un magazine varié et très bien fait? Nous vous l’enverrons avec plaisir chez vous.

Plus